Russie épisode II : Moscou

 

Après Saint-Pétersbourg, nous voici en voyage à Moscou. C’est le deuxième épisode de notre périple à travers la Russie, avant d’entamer la grande traversée en transsibérien. Disons le tout de suite : c’est notre ville coup de cœur. Plus grande mais surtout plus hétéroclite que sa petite sœur Saint-Pétersourg, elle nous en a mis plein les yeux. Nous y avons passé 5 jours. Ce n’est pas trop pour découvrir cette mégalopole qui pointe dixième plus grande ville du monde d’après Wikipedia. C’est le cœur de la Russie, le poumon économique, culturel et bien sûr politique. Et il faut dire que battre le pavé de la place rouge, c’est une chose à faire dans sa vie. D’ailleurs commençons la visite par là.

Autour de la place rouge : le centre historique

Comme je disais, se retrouver sur la place rouge, c’est un grand moment, on ressent le poids de l’histoire mouvementée de ce grand pays. Et c’est une concentration impressionnante de monuments historiques, entre le Kremlin, la cathédrale Saint Basile le bienheureux, le musée d’état russe ou encore l’ancien magasin d’état GUM. Sauf que, parfois, la place rouge est occupée par des manifestations. Comme pile au moment de notre séjour : la place était inaccessible car occupée par un festival de fanfares militaires avec moult barrières et pare-vues nous empêchant d’accéder au centre. Dommage. Merci les bidasses ! On les a aperçus de loin mais impossible de prendre leur place.

 

Bon, on a quand même pu accéder à à peu près tous les monuments. Faisons le tour.

Le Kremlin

Quand on dit kremlin, on pense au siège du pouvoir russe. En réalité ce terme veut plutôt dire « enceinte fortifiée ». En effet les kremlins sont des murailles qui englobent un centre historique – surtout des bâtiments politiques ou religieux. On en trouve dans beaucoup de villes russes, comme on trouve des châteaux en France. Nous en verrons d’autres dans nos prochaines étapes.

A Moscou le Kremlin protège bien le bureau officiel du président russe, mais également d’autres bâtiments étatiques, un musée et une série de cathédrales – haut lieu de la religion orthodoxe. Cette dernière partie peut être visitée, pas les autres. C’est d’ailleurs assez amusant de déambuler dans cet endroit mi-hyper-touristique, mi-hyper-sécurisé. Aucune barrière ne sépare les 2 mondes. Ce sont de nombreux policiers qui font respecter l’ordre à grands coups de sifflets. Attention à ne pas s’écarter du parcours balisé, c’est sifflements stridents assurés !

La Cathédrale Saint Basile le bienheureux

C’est la fameuse église en pain d’épices surmontée de dômes en cupcakes, toute droite sortie d’Alice aux pays des merveilles. C’est un des symboles de la Russie. Splendide d’extérieur, elle est surprenante à l’intérieur. En fait chaque dôme correspond à une petite chapelle. Chacune d’elle est cloisonnée, si bien que l’espace est divisé en une dizaine de petites pièces où l’on tient à peu de personnes. Ces chapelles sont toutes en hauteur avec en général une peinture représentant Jésus au plafond – d’où la meilleure façon de les prendre en photo : l’objectif vers le haut.

Le reste

Les bâtiments remarquables sont trop nombreux dans le coin pour que je consacre un paragraphe à chacun. Les voici en vrac. Tout d’abord les jardins d’Alexandre : petit jardin de ville au pied du Kremlin. Ensuite l’ancien magasin d’état GUM vaut le détour  : magasin d’état à l’ère soviétique devenu aujourd’hui un temple du shopping avec ses nombreuses boutiques de luxe. La taille du bâtiment est impressionnante. La place rouge est aussi bordée par le musée d’état russe, un imposant bâtiments dont les briques (rouges !) donne le ton de la place. Enfin, à proximité on trouve le parc Zaryadye, récemment créé et où il fait bon se promener. Il offre de jolies vues sur la ville et notamment sur le kremlin.

A noter également le mausolée de Lénine au centre de la place rouge. Nous ne l’avons pas visité, il était inaccessible à cause des fanfares.

 

Au cours de notre séjour, nous sommes passés et repassés par cette place – la visite de tous ces monuments ne peut pas se faire en une seule journée. Et on a eu vraiment du plaisir à se promener dans ce coin.

La ville à pieds

En voyage, on aime bien prendre le temps de découvrir les villes à pieds. On ne s’est pas privé de flâner à Moscou. La ville est très agréable. Le seul point négatif est que la ville n’est pas du tout faite pour les piétons. Comme souvent en Russie la voiture est reine : les artères à 5 voies de circulation sont nombreuses et il est souvent difficile de les traverser, en l’absence de passages piétons. Parfois il y a des passages souterrains pour traverser, d’autres fois il faut marcher – parfois 10 minutes pour trouver un passage (ce qui permet d’ailleurs de tomber sur des pépites que nous n’avions pas prévu de visiter, comme l’impressionnante bibliothèque Lénine, un bijou architectural).

Bref, on a réussi quand même – certains quartiers sont plus accueillants que d’autres. Voici quelques photos glanées en flânant. Vous remarquerez que je suis particulièrement fan d’architecture stalinienne !

 

Le métro

Pour moi, le métro est un des meilleurs attraits touristiques de Moscou. Il a été construit au lendemain de la seconde guerre mondiale. Staline a voulu en mettre plein les yeux aux touristes et autres visiteurs qui passeraient par la capitale. Cela donne des stations plus belles les unes que les autres, chacune dédiée à un thème et un type de décoration. Impossible de toutes les visiter. Mais plusieurs sites donnent la liste des plus belles, comme russiable, dont je me suis inspiré pour adapter nos parcours. En effet nous avons profité de chacun de nos déplacements en métro pour visiter quelques stations à chaque fois. J’ai adoré. Par contre, ne faites pas comme moi, regardez l’heure avant. Car aux horaires de pointe il est très difficile de prendre des photos tant les stations sont bondées – il doit y avoir un métro toutes les 30 secondes…

Voici quelques stations en photos.

 

D’autres points d’intérêt

VDNKh

VDNKh, ou encore Vystavka Dostizheniy Narodnogo Khozyaystva, ou en français : centre panrusse des expositions, est un immense parc qui fait penser à un parc d’exposition universelle, ou une « foire-exposition commerciale permanente » d’après wikipedia. Nous sommes allés nous y promener un jour pluvieux. Le parc est constitué de différents pavillons, chacun dédié à un pays de l’ex-URSS et censé exposer et vendre les traditions de ce pays. Sauf qu’il est en travaux en permanence et finalement peu de pavillons sont ouverts. Il englobe également quelques musées, dont le musée de l’astronautique (que nous avons visité, très intéressant).

La statue de l’ouvrier et la kolkhozienne

A côté de VDNKh on trouve cette statue gigantesque. On la voit depuis l’entrée du parc, elle n’a pas l’air très loin. Sauf qu’en fait on a cette impression parce qu’elle est vraiment géante, positionnée au-dessus d’un mémorial. Et il faut un bon quart d’heure de marche pour l’atteindre. Mais elle vaut le déplacement, elle est majestueuse.

L’université d’état

L’université d’état est située sur une colline à l’écart de la ville (qui au passage offre une jolie vue) (et qui au deuxième passage donne l’occasion de s’arrêter visiter quelques magnifiques stations de métro). Voulue par Staline, c’est un magnifique exemple d’architecture stalinienne – massive et imposante. Et c’est surtout un bâtiment gigantesque – on a du mettre 10 minutes pour en faire un côté. J’adore ce style – même si on ne peut pas la visiter (en tout cas en plein mois d’août), elle vaut le détour.

La bibliothèque nationale Lenine

Autre exemple d’architecture stalinienne, la bibliothèque nationale Lénine se situe non loin de la place rouge. On a pu entrer avec nos appareils photos – laissant nos sacs à une vieille dame préposée aux consignes à l’entrée. Et forcément en passant sous un portique surveillé par un garde – normal en Russie. Nous avons pu entrer dans ce hall fastueux puis… C’est tout. Malgré nos efforts pour monter dans les étages, nous n’avons pas réussi à trouver de livres dans cette bibliothèque – en l’absence de panneaux indicateurs et ne parlant pas russe. On a donc rebroussé chemin. La bibliothèque n’est pas un lieu touristique et n’est pas vouée au tourisme, c’est une bibliothèque russe qui sert de… Bibliothèque russe.

Le marché d’Izmailovo

Le marché d’Izmailovo est un lieu pour le moins surprenant, assez indescriptible. Il a l’apparence de Disneyland avec ses châteaux fantaisistes en carton-pâte, mais ce n’est pas tout à fait ça : c’est 3 choses en une : mini parc d’attractions, mais aussi marché aux puces et marché aux souvenirs. Le meilleur endroit pour venir négocier des poupées russes ou des tasses à l’effigie de Vladimir Poutine. Pas forcément indispensable pour une visite à Moscou mais représentatif de la démesure russe.

Le parc Gorki

Nous avons visité ce parc le dernier jour de notre séjour à Moscou, avant de monter dans le transsibérien. Très prisé comme lieu de balade du dimanche par les russes, il vaut le détour. Il est très agréable et contient de nombreuses oeuvres d’art (plus ou moins intéressantes). A côté du parc nous sommes allés manger des burgers hipsters à Octobre rouge, ancienne usine de chocolats rénovée en lieu branché regroupant studios artistiques, galeries d’art, bars et restos branchés.

 

Après une belle journée ensoleillée à observer la faune russe au parc Gorki, nous nous rendons à la gare de Kazan, direction… Kazan et notre première nuit dans le transsibérien. Mais avant cela faisons un petit détour dans les environs de la capitale. Au milieu de notre séjour dans la capitale, nous nous sommes évadés le temps d’une journée en banlieue éloignée. Dans le prochain article je vous emmènerai à Serguiev Possad, une petite bourgade à moins de 2 heures de Moscou, connue comme le coeur de l’orthodoxie russe.

 

This entry was posted in Russie, Voyages and tagged , , , .

Post a Comment

Your email is never published nor shared. Required fields are marked *

*
*