Le Château du pilote en culotte courte

Introduction

Cela faisait longtemps que le château du pilote en culotte courte me faisait baver. J’y étais passé une première fois quelques mois plus tôt mais bien qu’ayant testé toutes les ouvertures potentielles, je n’étais pas parvenu à y entrer. Etant à nouveau de passage dans la région je fis le détour sans grand espoir afin de revérifier si il n’y avait toujours aucun accès. Qui ne tente rien n’a rien. Et vous vous doutez de la suite : si j’écris un article aujourd’hui c’est que j’ai fini par arriver à mes fins.

Je n’ai pas été déçu. Ce château a tout pour plaire d’un point de vue urbex : il est grand – au point de passer 3 heures à ouvrir des dizaines de portes pour s’extasier sur la pièce suivante, encore et encore. Et avec ça il est encore partiellement meublé d’époque et surtout pas du tout dégradé.

Disgression

L’urbex est une discipline à la mode de nos jours. Il est de plus en plus fréquent de croiser d’autres explorateurs dans les lieux qu’on visite. Et les lieux sont rapidement trop connus, visités par des dizaines d’explorateurs plus ou moins respectueux. Certains se diffusent très rapidement et sont totalement défigurés par la casse, le vol ou encore les mises en scène.

Heureusement ce n’est pas le cas de tous les sites visités. Comme pour le tourisme classique on peut sortir des sentiers battus, éviter les attrape-touristes. Souvent moins prestigieux, les sites méconnus réservent de petites perles pour qui prend le temps de les chercher. Des lieux préservés dans lesquels on retrouve le plaisir de l’exploration, la découverte de l’inconnu. Ou dit autrement l’essence de l’urbex, la sensation d’être l’un des seuls à explorer ce bâtiment abandonné. Être le témoin privilégié du passé et non pas un touriste dans une file d’attente. Faire des photos insolites et non pas la photo qu’on a vu des dizaines de fois sur internet.

Le château du pilote en culotte courte est une de ces pépites. C’est un site peu connu, préservé, avec une âme, dont on prend le temps d’explorer chaque recoin en allant de surprise en surprise. En résumé, une session urbex comme on les aime !

Les photos (ah, quand même !)

Lors de notre visite, tous les volets du château du pilote étaient fermés. Nous ne les avons pas ouverts pour ne pas être repérés par le voisinage.  Mon fidèle projecteur nous a beaucoup servi pendant presque toute l’exploration. Il était indispensable pour certaines photos – même si je privilégie systématiquement la lumière naturelle lorsque j’en dispose.

Nous commençons par les plus belles pièces : les salons de réception et on arrive très rapidement à la plus impressionnante, la pièce du billard qui trône majestueusement. C’est la classe d’avoir une pièce dédiée, quand même.

 

 

Les autres pièces du rez-de-chaussée sont moins prestigieuses et surtout plongées dans le noir complet, nous faisons peu de photos. Mais elles ne sont pas dénuées d’intérêt.

 

Les étages

Ensuite nous passons à l’étage. Il est aussi magnifique que le rez-de chaussée : encore des salons, mais surtout une immense pièce centrale, malheureusement vide à part son imposante bibliothèque et sa cheminée ultra décorée. Cette pièce dessert toutes les chambres.

 

 

Et enfin, les combles, agencés de la même manière : une grande pièce centrale donnant accès à d’autres chambres, moins prestigieuses mais pas dénuées de charme photographique. D’autant plus qu’elles ne sont pas plongées dans le noir comme à l’étage inférieur. Dans cette pièce centrale on découvre multitude d’objets sortis du passé. Nous nous amusons à les contempler un moment.

 

Une dernière pour la route !

Nous descendons ensuite à la cave. Nous y découvrons un dédale qui nous fait même remonter dans les étages à l’autre bout du château, une partie que nous n’avions pas vue. Mais moins photogénique. Nous revenons donc dans la pièce maîtresse pour contempler encore ce fameux billard, et bien sûr la voiture du pilote.

 

 

Nous quittons le château du pilote en culotte courte avec ces belles images en tête. Avant de partir nous prenons le temps de refermer toutes les portes et de ranger la voiture à pédales pour ne laisser aucune trace de notre visite. Le château est très bien comme ça dans son jus. Et nous ne voulons pas que quelqu’un puisse détecter notre passage, que ce soit le propriétaire éventuel ou d’autres explorateurs. Puis nous le laissons replonger tranquillement dans son sommeil, en espérant qu’il ne soit pas dérangé…

This entry was posted in Châteaux - manoirs, Urbex (exploration urbaine) and tagged , , , .

5 Comments

  1. Bocci 30 juin 2019 at 9 h 02 min #

    Bonjour,
    Je découvre votre site et votre travail magnifique!
    J’ai une passion pour les chateaux..
    Etes-vous déjà venu en visiter dans ma région, la Moselle? Il y en a quelques un dont celui de *****, qui devait être maginifique et malheureusement abandonné par son propriétaire parisien.
    Pour ce qui concerne les anciens asiles psychiatriques , avez-vous visité celui où séjourna pendant trente ans Camille Claudel?
    Bonne continuation!
    Valérie Bocci

    • Olivier 30 juin 2019 at 17 h 59 min #

      Bonjour Valérie,
      Merci pour votre retour. Je suis déjà passé en Moselle mais pas pour visiter le château dont vous parlez (je l’ai repéré mais n’ai pas encore eu le temps de m’y rendre).
      Je ne connaissais pas l’asile psychiatrique de Montfavet, merci du conseil, le musée a l’air intéressant. Vous l’avez visité ?

      Cordialement,
      Olivier

      • Bocci 30 juin 2019 at 20 h 16 min #

        Bonsoir Olivier,

        Non je n’ai pas visité le musée, je ne savais pas qu’il y en avait un, par contre je pars en juillet me balader, et je vais me rendre dans la maison d’enfance de Camille Claudel, un musée vient d’ouvrir. J’avais écrit il y a quelques années un article sur elle, publié dans les cahiers de psychologie clinique. Je vais regarder où se trouve cet asile, si c’est pas trop loin de mon itinéraire, j’irai faire un tour..Je vais descendre jusqu’à Bergerac, en passant par les chemins de traverse..

        Pour le château de *****, j’y suis passée il y a environ 5 ans, il était déjà bien abîmé mais il parait que le propriétaire essayait de mettre en place quelque chose pour avoir des fonds pour le restaurer. Je n’ai pas osé y rentrer mais l’envie ne me manquait pas…J’ai juste pris une photo de l’allée d’arbres , celle qui d’ailleurs est sur mon site pro internet…

        Cordialement

        Valérie

  2. Bocci 1 juillet 2019 at 11 h 26 min #

    Merci pour les infos
    Vous avez eu raison de cacher le nom ; si vous allez dans ces deux lieux, vous me direz 🙂

Post a Comment

Your email is never published nor shared. Required fields are marked *

*
*