Le Château Formica (château Bayrou)

Le château Formica m’attirait, c’était plus fort que moi. Mon binôme d’urbex ne comprenait pas bien pourquoi j’y tenais tant. Nous avions vu plusieurs reportages et vidéos d’autres explorateurs qui ne le mettaient pas bien en valeur. Malgré cela je me suis entêté à le rechercher pendant plusieurs semaines. Je voulais le visiter, persuadé qu’il valait quand même la peine.

J’avais raison : finalement je suis tombé sous le charme de ce decay so années 80. Et mon binôme aussi.

 

Ce n’est pas le genre de château richissime où on est impressionné par les décors, les moulures ou encore la taille des pièces. L’intérêt est ailleurs. En effet, ce château baigne littéralement dans son jus depuis une vingtaine d’années. Tout le mobilier du siècle dernier est resté. Ce n’est pas de l’histoire très ancienne, mais n’empêche, c’est un vrai voyage dans le passé.

Le Château Formica

Inutile de vous expliquer le pourquoi de son nom, la première photo parle d’elle-même. Ce château est une véritable ode aux années 80.

D’un point de vue historique le château a peu d’intérêt : c’est une grosse bâtisse pas très vieille (comprenez : je n’ai pas trouvé la date de construction mais disons 2 siècles tout au plus) et pas particulièrement noble. A côté subsistent les ruines d’un château féodal plus ancien.

Si le lieu a pu avoir des marques de richesse à une époque, ses vocations successives les ont effacés. En effet il accueille du public depuis longtemps, que ce soit des jeunes en colonies de vacances ou des personnes âgées venues se reposer au calme. Son abandon est difficile à dater précisément – dans le bureau de la direction le calendrier est resté en 1989, mais il semblerait que des événements aient été organisés bien plus récemment. En tout cas il semble que les nouvelles normes de sécurité ont fini par rattraper la vieille bâtisse. Et la fermeture s’est décidée de fait en voyant le coût des travaux nécessaires.

Depuis, le manoir pourrit doucement. On s’y déplace prudemment au gré des planchers qui s’enfoncent sous nos pas. Et on n’accède même plus du tout à une extrémité du château, condamnée par un plancher complètement pourri et infranchissable.

Mais commençons la visite au début.

La Vie en communauté

Sans surprise, le rez de chaussée du château Formica rassemble les pièces communes. Il s’agit essentiellement des pièces dédiées à la restauration : une grande cuisine, une salle à manger (ou le temple du Formica) et une quantité de vaisselle impressionnante. Ajoutez à cela un billard, une petite bibliothèque et un grand moment d’exploration avec le bureau de la direction et tous ses équipements d’avant l’ère numérique.

 

Avant de prendre les escaliers pour monter dans les étages, on tombe sur un autre vestige du XXème siècle : cette cabine téléphonique. Elle est située en plein milieu du passage – entre la porte d’entrée principale et l’escalier. Ce n’est pas l’idéal pour passer un coup de téléphone privé !

Un peu de promiscuité

Dans les 2 étages on trouve essentiellement des chambres. Quelques pièces se distinguent : des sanitaires, une réserve de couvertures et une petite infirmerie. Dans les chambres, la quasi absence d’intimité nous étonne. En effet le confort est très sommaire : toutes comportent 2 voire 3 lits simples et un coin toilette avec seulement un rideau pour s’isoler. Et c’est tout.

Photographiquement nous nous faisons autant plaisir dans les étages qu’au rez de chaussée, le decay (la poussière, l’effritement des peintures et des enduits) sont impressionnants.

 

Et voilà encore quelques heures passées dans un château pourri ! Comme souvent, nous pensions y rester quelques dizaines de minutes en cette fin de matinée. Il est 15 heures, j’ai faim, j’ai soif mais j’en ai pris plein les yeux.

This entry was posted in Châteaux - manoirs, Urbex (exploration urbaine) and tagged , , , , , , .

4 Comments

  1. Nicolas Sonnier 31 octobre 2019 at 20 h 39 min #

    Salut Olivier,
    Top tes photos !
    Effectivement tu es le premier à mettre ce spot en valeur… ça fait longtemps que je prévois de le faire mais les photos/vidéos que je voyais me donnaient guère envie..Je vois qu’on est tous les deux de Lyon 🙂
    Au plaisir et bonne continuation,
    Nicolas

    • Olivier 31 octobre 2019 at 23 h 03 min #

      Merci Nicolas,
      Et oui ce spot vaut vraiment le coup, j’ai adoré ! Bonne explo 😉

  2. Nicolas 4 mai 2020 at 23 h 34 min #

    Bonjour je trouve votre travail sublime mais pour l’histoire de se spot les dernières années sont fausse car il abandonnée que depuis 2012. Avant sa il y a avait régulièrement des regroupements de routiers et je peux vous affirmé ceci car je travaille chez un traiteur du coin et on aller leur servir des repas à chaque fois qu’ils y avait du monde et tout cela a stoppé en septembre 2012 et n’a jamais était une maison de retraite par contre pour la colonie de vacances oui mais réservé aux enfants de routiers

    • Olivier 5 mai 2020 at 19 h 56 min #

      Bonjour et merci beaucoup pour votre commentaire. C’est très intéressant d’avoir un retour de personnes qui ont connu le lieu en activité !
      C’est dommage, je n’ai pas gardé traces de mes sources quand j’ai écrit l’article. En général j’essaye de les recouper pour ne pas donner de fausses infos mais j’ai pu me tromper.
      Pour la date j’ai surement fait une erreur, un vieux calendrier ne veut pas forcément dire que c’est la date de fermeture.
      Pour l’occupation par des routiers oui vous avez raison. Par contre je crois vraiment que le lieu a été en partie maison de retraite (de repos pour être exact), mais peut-être à une époque plus ancienne.

Post a Comment

Your email is never published nor shared. Required fields are marked *

*
*