L’usine de couleurs

Cela fait presque un an que j’ai publié mon dernier article. Un an que je n’ai pas mis à profit pour refaire mon site, ni me mettre au pilotage de drone, et encore moins pour sillonner l’Europe à la recherche de lieux abandonnés incroyables. Pas du tout. En 2023 j’ai fait un enfant (un deuxième, cette fois le compte est bon), déménagé à la campagne (la suite logique) et changé de boulot (de VRAI boulot, vous croyiez que j’étais photographe ?!?). Cela m’a suffi, je n’allais pas en plus passer mes soirées à vous raconter ma vie.

Donc là, ce soir précisément, j’ai un petit créneau qui se libère dans mon agenda de père de famille. D’abord pris de panique par cet espace-temps inconnu (effet « mais-où suis-je ? », « le temps s’est arrêté », largement comparable à l’exploration d’un vieil asile psychiatrique abandonné), je passe en mode survie. Mon cerveau reptilien reprend le contrôle. J’allume l’ordi. Et en moins de temps qu’il ne faut pour l’écrire, je me retrouve en train de pondre un nouvel article. Et nous voilà partis pour une sortie urbex à l’usine de couleurs.

 

Un peu d’histoire – l’usine à cancers

L’histoire de cette gigantesque usine fait froid dans le dos. Les substances utilisées pour la production des colorants synthétiques sont fortement cancérigènes. De plus les conditions de travail à l’usine de couleurs sont déplorables. En effet on ne fournit aucune protection aux ouvriers. Résultat : des dizaines de morts du cancer.

Même si on connait la dangerosité des substances depuis la fin du XIXème siècle, rien n’est fait depuis l’ouverture de l’usine en 1922. Puis, à la fin des années 60, 2 ouvriers commencent une enquête sur les nombreux décès de leurs collègues. Ils recenseront au moins 134 morts. L’enquête débouche sur un procès. Enfin, l’entreprise est lourdement condamnée en 1977. On l’appelle maintenant l’usine à cancers.

 

Ambiance lourde dans ce local annexe à l’usine : les flacons de couleurs ci-dessus ont été créés pour un événement commémoratif. Il y a un flacon pour chaque ouvrier qui a perdu la vie en travaillant ici.

Laisser un commentaire

Close Menu