L’Usine du carreleur

J’ai adoré explorer l’usine du carreleur. C’est une usine peu connue dans le monde de l’urbex et elle recèle de très bonnes surprises.

Je l’ai visitée au petit matin en ce début de printemps. Je suis tombé sous le charme de cette vieille usine oubliée, patinée et poussiéreuse à souhait. Un régal photographiquement parlant. Le soleil timide de début avril mettait parfaitement en valeur l’abandon du lieu, qui remonte à de nombreuses années.

Du renouveau printanier

Cela faisait longtemps que je n’étais pas parti seul en exploration. J’aime bien le faire de temps en temps. Enfin cette fois-ci c’était plus par défaut, mon compagnon de route ayant eu la mauvaise idée de tomber d’un escabeau quelques jours avant. Qu’à cela ne tienne, j’y vais seul, en repérage, pour y retourner ensemble une prochaine fois. Car j’ai trop envie de cette sortie : c’est le printemps, ça me démange. D’autant plus que je n’ai pas fait de sortie urbex depuis plusieurs mois.

Ca fait plusieurs soirées que je passe à préparer ce weekend urbex, à rechercher des lieux potentiels à visiter. Cette usine m’intrigue, elle a l’air facilement accessible mais n’a pas l’air dégradée comme la plupart des bâtiments industriels qu’on trouve habituellement… Il faut que j’aille vérifier de mes propres yeux, elle fait partie de mes priorités.

Un accès facile

Nous y voilà. Je fais le tour du complexe en voiture avant de me garer sur un parking public à proximité. Comme ce que j’avais lu ici et là sur internet, tous les bâtiments ne sont pas abandonnés. Certains le sont clairement, d’autres pas du tout. Des voitures sont même garées devant certains bâtiments, comme si les employés travaillent le weekend. A pied je me dirige vers la partie clairement abandonnée, et je trouve rapidement un accès.

C’est un accès facile si l’on met de côté le fait que la moitié du plafond est à terre… Et l’autre moitié n’attend qu’un courant d’air pour la rejoindre.

 

Mes voilà à l’intérieur, l’exploration commence.

Mais en fait c’est quoi cette usine du carreleur ?

Dans cette petite ville, c’est le genre d’usine qui a beaucoup compté pour le développement économique de la région. Vieille de plus d’un siècle, elle employait près de 500 personnes à son apogée. Puis l’activité a progressivement réduit. Aujourd’hui l’entreprise vivote : après plusieurs dépôts de bilans dans les années 90, elle n’emploie plus que quelques dizaines de personnes. Et seule une petite partie des bâtiments est encore nécessaire à la production actuelle.

La majorité de l’usine, délaissée, est devenue propriété de la commune depuis une dizaine d’années. Je suppose que c’est pour sa valeur patrimoniale, mais elle manque cruellement d’entretien. Du coup la situation varie d’un bâtiment à l’autre : quelques-uns ont simplement été rasés, d’autres sont tombés tout seuls et certains sont encore entretenus. La frontière entre les parties en état et les autres est parfois très mince. En effet en passant une porte on se retrouve dans un champ de gravats ou inversement dans un entrepôt bien propre.

L’Usine du carreleur

Je vous laisse voir par vous-même, voici l’usine du carreleur.

Il y a quelques traces de passage mais pas trop, de la poussière, quelques graffitis (mais relativement discrets et photogéniques), un peu de végétation, quelques vieilles machines, … Tout pour faire une super exploration !

 

Pour terminer la visite, j’entre dans un bâtiment annexe, à l’écart des autres. J’y trouve une sorte d’ancienne salle des fêtes ou de foyer, avec cheminée, télévision, et surtout la gloire de l’usine : les coupes gagnées par le club de sport. A l’étage, les bureaux sont devenus un océan de paperasse retournée, pas facile de retrouver un dossier !

 

 

Finalement, en triant mes photos, l’usine du carreleur me rappelle l’usine Cotton Club. Visitée il y a quelques années, j’avais beaucoup aimé cette visite. Les 2 sont des usines dans leur jus et qui se dégradent lentement. Enfin elles étaient semblables… Car l’usine Cotton Club a finalement été rasée depuis ma visite. Espérons que la commune trouvera un meilleur usage pour l’usine du carreleur.

This entry was posted in Industriel, Urbex (exploration urbaine) and tagged , , , , , .

Post a Comment

Your email is never published nor shared. Required fields are marked *

*
*