L’Eglise du pourfendeur de dragons

C’est une petite église perdue dans la campagne italienne. Je ne sais rien d’elle. Et même, avant de me garer devant son portail je ne savais même pas qu’elle était abandonnée. En fait, l’église du pourfendeur de dragons est un lot de consolation. Car son voisin, le lieu que je convoitais au départ, n’était pas accessible.

 

Lors d’un énième road-trip urbex italien, je voulais visiter le bâtiment voisin de cette église : un superbe château piémontais du XVème siècle. D’après mes sources récoltées sur internet : le château ainsi que le hameau qui l’entoure ont été abandonnés dans les années soixante.

Sauf que, en arrivant au château, on se rend vite compte qu’il sera difficile de le visiter. Déjà, des dépendances l’entourent de toutes parts et ne laissent quasiment aucun accès à part le portail principal. Et la question de rentrer par là ne se pose pas puisque quelqu’un arrive en voiture pile au moment où nous nous en approchons. Il ouvre le portail comme s’il rentrait chez lui après sa journée de travail . D’ailleurs ce qu’on entrevoit de la cour par le portail n’a pas l’air abandonné.

Il nous reste l’arrière du château, mais nous en faisons le tour rapidement sans trouver le moindre accès, car comme tout bon château féodal qui se respecte, il n’a aucune ouverture à moins de 5 mètres du sol. Du coup, nous abandonnons rapidement l’idée de visiter le château.

Nous nous rabattons donc sur l’église. Elle reste en meilleur état tout en étant clairement abandonnée avec sa cour en friche. Sur un malentendu, j’essaie d’ouvrir la porte principale… Qui s’ouvre. Voici une petite exploration qui commence !

L’église du pourfendeur de dragons

Je ne sais rien à propos de son histoire. Elle est belle, typique des églises italiennes : très colorées – même si avec le temps la peinture a pris des tons pastel bien délavés. Quelques peintures ornent encore les murs, dont le fameux pourfendeur de dragons. L’abandon semble remonter à de nombreuses années au vu de l’état général de l’édifice.

Elle est mitoyenne et communique avec une ferme toujours exploitée, on ne s’aventure pas de ce côté.

Voici l’église du pourfendeur de dragons.

 

En sortant, nous faisons rapidement des photos d’extérieur, et nous repartons juste avant que l’orage n’éclate. Pas mal comme lot de consolation, n’est ce pas ?

This entry was posted in Religieux, Urbex (exploration urbaine) and tagged , , , , , , .

Post a Comment

Your email is never published nor shared. Required fields are marked *

*
*