Le Pensionnat musical

Le pensionnat musical fut un des temps forts d’un petit road trip urbex de 2 jours. J’en attendais beaucoup et je n’ai pas été déçu. C’est un monstre de béton, dédale de 8 étages construit dans les années 60 pour accueillir plusieurs centaines d’étudiants. Tout y est : salles de classes, dortoirs, infirmerie, salle de spectacle, salle de gym, cuisines, bureaux et appartements pour les professeurs. Et aussi plusieurs chapelles car c’était un établissement catholique.

L’architecture du bâtiment n’est pas exceptionnelle – la folie du béton des années 60. Mais la taille du complexe et l’état de conservation en font une exploration plus qu’intéressante. Assez pour y passer plus de 3 heures. Il est d’autant plus intéressant car abandonné depuis une trentaine d’années. Et par chance il y a relativement peu de vandalisme : les graffeurs s’en sont presque tenus au préau et ont épargné le reste !

Les Quartiers des éducateurs

Je vous raconte la visite dans l’ordre de l’exploration. Nous avons commencé par les quartiers des éducateurs. Par hasard, enfin par l’entrée qui nous a paru la plus simple en arrivant. Bien que nous en ayons repéré une autre plus simple par la suite. Mais bon,  cela arrive souvent en urbex. C’est le jeu !

A côté de l’entrée nous arrivons directement dans une petite chapelle, la petite chapelle privée des éducateurs. Le reste du bâtiment présente peu d’intérêt. Il est composé de chambres individuelles ou de quelques places, contrairement aux dortoirs des étudiants.

Les Communs

On enchaîne ensuite par le rez-de-chaussée. On y trouve une cuisine immense, une laverie, le préau et surtout les équipements sportifs.

 Les Chapelles

On monte d’un étage et on arrive dans une des pièces maîtresse du lieu : la chapelle, au style assez moderne. Elle devait pouvoir accueillir toute la fratrie. Elle est en très bon état, tous les vitraux sont intacts. En bonus, accolée à elle on trouve une autre chapelle plus intimiste.

 

Les Salles de classe

Le reste du rez-de-chaussée est consitué de salles de classe. Ensuite dans les étages, on passe dans le désordre de salle de classe à dortoir, infirmerie, chambre de surveillant… C’est assez difficile de s’y retrouver ! Mon acolyte et moi traçons chacun notre route à notre propre rythme, nous perdant le temps de quelques salles puis nous retrouvant par hasard au détour d’un couloir, ceci plusieurs heures durant.

Voici d’abord les salles de classe.

Les Dortoirs

Comme pour les salles de classes, je ne vous montre que le plus photogénique. Mais nous en avons vu des lits alignés, au point que ça devienne répétitif et qu’on se demande quand nous allions terminer l’exploration !

Le Bonus

Nous finissons la visite du pensionnat musical par les sous-sols. Ils sont en fait beaucoup plus intéressants qu’une cave ou un débarras. En passant de l’autre côté du préau, nous découvrons une salle de spectacle immense ! Et cachée à côté de celui-ci, la plus belle salle de classe du complexe : la salle de musique. Elle est au complet, nous attendant dans son jus : le bureau du professeur, toutes les tables d’écoliers, les notes au mur, des partitions traînant ici et là… une merveille d’urbex. Et l’humidité provenant de sa situation à moitié enterrée lui donne le fameux decay – l’usure naturelle du temps – que je recherche tant.

Nous quittons le site vers d’autres explorations. Le pensionnat musical restera dans ma mémoire.

This entry was posted in éducation, Religieux, Urbex (exploration urbaine) and tagged , , , , , , .

Post a Comment

Your email is never published nor shared. Required fields are marked *

*
*