L’église du brasseur (Ospedale G)

Aujourd’hui je vous présente l’église du brasseur. Cette grande église abandonnée est en fait la cerise sur le gâteau, puisqu’elle est entourée d’un hôpital gigantesque, lui aussi à l’abandon. Mais nous avons bien fait de manger d’abord la cerise, car la visite a été écourtée… Je vais vous raconter notre aventure.

La série de photos que je vous présente diffère de ce que je vous montre habituellement, car elle a été réalisée sans mon objectif grand-angle fétiche. Il a rendu l’âme la veille de cette visite, j’ai donc réalisé toutes ces photos avec un 24-70. J’étais assez pessimiste à cette idée, surtout pour visiter une église, lieu de grands volumes par excellence. Mais finalement je suis très content du résultat. En effet j’ai plus travaillé mes cadrages. Comme on dit, la créativité naît de la contrainte.

L’Ospedale G

Parlons d’abord de l’histoire du lieu. Au départ il s’agit d’un sanatorium construit au début du XXème siècle. On y soignait les maladies pulmonaires comme la tuberculose. En témoignent les grands balcons sur tout le bâtiment. Ces terrasses permettaient aux malades de profiter de l’air pur du lieu, au milieu d’une pinède et à l’écart des villes et des routes.

Agrandi plusieurs fois au cours de son histoire, la structure pouvait accueillir plusieurs milliers de patients. Avec l’arrivée des antibiotiques dans les années 50, le sanatorium se transforme progressivement en hôpital. Il accueille ses derniers patients en 2015, date à laquelle un nouveau bâtiment est construit à seulement quelques mètres.

Des couloirs interminables

Il pleut à verse quand nous arrivons. Nous sommes un peu étonnés de voir une colonne d’ambulances devant l’hôpital abandonné. Mais cela ne nous perturbe pas trop, il y a bien un nouvel hôpital en service à proximité, même s’il se situe de l’autre côté du bâtiment. De toute façon nous n’entrons pas par là.

Le complexe est gigantesque, presque d’un seul tenant d’environ 500 mètres de longueur. Nous entrons dans un couloir d’hôpital commun, propre et donc sans intérêt d’un point de vue urbex. Les pièces autour sont vides. Aucun intérêt non plus. Nous savons déjà que nous ne prendrons pas le temps de tout explorer méticuleusement, alors nous nous dirigeons vers l’église, au centre du complexe. L’ayant déjà vue en photos, nous savons qu’elle est superbe.

Des galeries couvertes font le lien entre les différents bâtiments et l’église. Au coeur de l’ensemble, dans la partie la plus ancienne, nous trouvons quelques jolies pièces, comme ces galeries ou l’accueil de l’hôpital.

L’église du brasseur

Nous voici dans l’église du brasseur. Une belle lumière pénètre par ses quelques fenêtres. J’adore l’ambiance qui se dégage. En plus une galerie permet de faire le tour complet à mi-hauteur et nous offre des vues encore plus belles que depuis le sol.

L’église a été vandalisée : l’autel a été démoli (pour récupérer le marbre ?), un banc a été brûlé et des traces de messes noires subsistent. Mais elle reste en assez bon état général. Espérons que cela dure.

Exercice d’évacuation

Nous ne visiterons pas tout le complexe mais j’aimerais bien en parcourir quelques couloirs au gré de notre envie. Je jette un oeil au-dehors de l’église avant de sortir. J’aperçois alors un homme en uniforme dans une galerie proche. Il ne m’a pas vu, il continue son chemin. Je tourne la tête et cette fois je vois une vingtaine des mêmes uniformes qui pénètrent dans l’hôpital. Il me semble qu’il s’agit de la protection civile italienne et je suppose qu’ils se servent de l’hôpital pour réaliser un exercice. Ils ne me voient pas non plus mais cela va être compliqué de continuer la visite incognito. Nous décampons rapidement par la direction opposée.

This entry was posted in Médical, Religieux, Urbex (exploration urbaine) and tagged , , , , , , , , .

Post a Comment

Your email is never published nor shared. Required fields are marked *

*
*