Russie épisode V : les villes du transsibérien

Comme expliqué dans mon dernier article, l’été dernier nous avons traversé la moitié de la Russie en transsibérien. Aujourd’hui je vais vous montrer les villes que nous avons visitées sur le trajet. Durant près d’une semaine nous avons alterné nuits dans le train et journées de déambulations urbaines. Dans l’ordre nous avons fait halte à Kazan, Iekaterinbourg, Krasnoïarsk et enfin Irkoutsk.

Je vous ai beaucoup parlé de la Russie dans mes derniers articles. Pour la fin de ce voyage, je vais privilégier les photos. Si vous voulez plus de détails, je répondrai avec plaisir à toutes vos questions en commentaire de cet article ou via le formulaire de contact.

Voici les visites en photos dans l’ordre de notre voyage.

Kazan

Nous descendons du train au petit matin après une nuit dans le transsibérien. En provenance de Moscou, c’est un choc après l’effervescence de la capitale, l’impression d’arriver dans une toute petite ville de province, complètement endormie ! Nous ne nous attendions pas à ça sachant que Kazan compte plus d’un million d’habitants. Nous le constaterons plus tard : en Russie, les villes paraissent toutes petites par rapport à nos références françaises. En fait, le centre ville est petit mais la ville est très étendue, avec des banlieues immenses.

Iekaterinbourg

Après avoir passé l’Oural, nous voici à Iekaterinbourg. Encore une capitale régionale, avec plus d’un million d’habitants et ses grandes tours modernes. La ville est un patchwork de différentes époques. Elle a connu une croissance démographique spectaculaire sous l’ère communiste.

D’un point de vue touristique, Iekaterinbourg est connue comme étant l’endroit où ont été retrouvés et exécutés le dernier tsar Nicolas II et sa famille, peu après la révolution bolchevique. C’est devenu un lieu de pèlerinage pour les russes. L’imposante cathédrale de tous les saints en témoigne, construite récemment à l’emplacement du crime.

Krasnoïarsk

Dernier étape avant l’arrivée dans la région du Baïkal, Krasnoïarsk est aussi une des grandes villes russes qui a explosé ces dernières décennies. En pleine transformation, c’est un gigantesque chantier. Ici on commence à se sentir très loin de la capitale, en pleine Sibérie. En témoignent ces vieilles maisons de bois si jolies.

Krasnoïarsk est aussi notre première découverte de la nature russe, car nous avons visité le parc naturel Stolby qui est aux portes de la ville.

Irkoutsk

Ca y est, nous quittons définitivement notre cocon douillet du transsibérien. Nous nous retrouvons en plein coeur de la Sibérie, à quelques dizaines de kilomètres du lac Baïkal et quelques centaines de la Mongolie. En ce premier jour de septembre le froid commence à se faire sentir et les nuages bas confirment que nous ne sommes pas du tout dans un pays chaud ! Ici le sol est dégelé 4 mois dans l’année, la neige va bientôt tomber et ne repartira pas de sitôt.

Irkoutsk est la dernière grande ville que nous visitons. Enfin, grande ville est un bien grand mot. C’est plutôt un carrefour, la bourgade principale de la région. Moscou est très loin ; l’influence du Kremlin se fait beaucoup moins sentir ici. On se sent plus au far east, au pays des ours et des trappeurs.

 

Après une journée pour découvrir Irkoutsk, nous louons une voiture pour rayonner dans la région. A nous le lac Baïkal !

 

This entry was posted in Russie, Voyages and tagged , , , , , , , .

Post a Comment

Your email is never published nor shared. Required fields are marked *

*
*