Le Château du ripailleur

Ce n’est pas toujours facile de trouver quelque chose d’original à raconter sur les lieux que je visite. D’autant plus que le château du ripailleur est quand même le 48ème château que je vous présente sur ce site ! Alors aujourd’hui je fais classique. Après tout je suis photographe avant d’être blogueur.

 

S’il y a quelque chose qui caractérise le château du ripailleur, c’est sa taille. En effet il en impose, avec près de 60 mètres de long. La taille des pièces principales est également impressionnante, notamment la salle à manger avec une table gigantesque qui laisse imaginer des ripailles gargantuesques. La cuisine est à la même échelle, plus grande que mon appartement entier. Voici un aperçu de la bête.

Le Château du ripailleur en lumière

J’arrive au château du ripailleur en milieu d’après-midi, par un belle journée de printemps. Ce soleil froid de sortie de l’hiver donne une superbe lumière, je vais m’amuser.

On sent que ce château a vécu des choses pendant ses 4 siècles d’existence. Les grandes pièces de réception sont certes impressionnantes, mais désespérément vides. Aujourd’hui le château est nu comme un vers – vidé de tout le mobilier, voire des planchers et des cheminées qui ont été désossés par des pilleurs. La grandeur d’antan se cache encore dans des petits détails, tels qu’un reste de peinture murale ou un décor de cheminée.

Mais ce qui m’attire photographiquement, ce sont les jeux de lumière dans ces espaces vides.

L’histoire du château du ripailleur

A l’origine il y a une forteresse médiévale, mais on ne sait pas bien ni quand elle est construite, ni quand elle disparait. Restent encore les douves et une tour en bordure du domaine.

Les premiers éléments du château actuel datent du XVIIIème siècle. Bizarrement ces premiers éléments sont les extrémités ; on construira le pavillon central et son escalier majestueux un siècle plus tard.

L’histoire récente me parait plus intéressante. Une histoire qui semble se répéter… En effet le château est déjà en mauvaise posture à la fin du XXème siècle : totalement abandonné dans les années 80, il se dégrade lentement, jusqu’à son rachat par une famille d’amoureux des vieilles pierres dans les années 90. Ils entament alors des chantiers importants pour sauver le château de la ruine. Pari réussi puisqu’ils parviennent à lui redonner vie : 5 ans plus tard le château est hors d’eau, sécurisé et même entièrement meublé. Le domaine est ouvert à la visite et il accueille alors plusieurs milliers de visiteurs par an pour des visites guidées et plusieurs manifestations. Malgré tout cela les chatelains ne parviennent pas à équilibrer leurs comptes et sont contraints de revendre le château.

Le nouveau propriétaire reprend le flambeau ; il continue d’accueillir des touristes pendant quelques années… Jusqu’au passage d’une commission de sécurité qui fait fermer le site – je n’ai pas trouvé la cause exacte mais on s’en doute, les normes de sécurité pour l’accueil du public étant souvent draconiennes et inadaptées à ce genre de monument historique. Le propriétaire baisse alors les bras devant l’ampleur de la tache ; il délaisse le château qui retombe dans l’oubli.

Et maintenant

Depuis 15 ans plus rien ne se passe au château du ripailleur. Le château se dégrade lentement mais surement. Vu l’état lors de ma visite je n’ose imaginer le montant des travaux nécessaires à sa remise en état. C’est un énorme gâchis.

Les habitants du coin ont tenté toutes les actions possibles et imaginables pour sauver le château : lettres au propriétaire, tentative de classement aux monuments historiques (le classement permettrait d’obliger le propriétaire à réaliser les travaux ainsi que lui apporter des financements), création d’une association, pétition en ligne, sollicitation de la Fondation du Patrimoine. Mais malheureusement aucune action n’a abouti. Reste t’il d’autres recours ?

This entry was posted in Châteaux - manoirs, Urbex (exploration urbaine) and tagged , , , , , , .

Post a Comment

Your email is never published nor shared. Required fields are marked *

*
*