Le Château Lumière

On ne présente plus le château lumière. C’est en effet un des haut lieux de l’urbex de l’est de la France. Et il est abandonné et connu par les urbexeurs depuis de nombreuses années. La preuve : j’ai pu le visiter il y a 4 ans et j’y suis retourné cette année.

C’est l’occasion de philosopher sur le temps qui passe, puisque j’ai choisi de vous présenter des photos réalisées lors de ces 2 visites. Tout d’abord je vous parlerai de ma propre évolution, à travers ma vision et ma technique photographique. Et ensuite nous verrons l’évolution du manoir.

Voici d’abord la photo « obligatoire », celle qui représente bien le lieu et que presque tous les explorateurs font. La première date de 2015, la deuxième de 2019.

Mon évolution : j’en ai fait du chemin…

Lors de cette première visite en 2015, j’avais sous-titré l’album avec cette phrase :

Mon 1er « haut-lieu international de l’urbex » (en tout cas le 1er avec des pancartes « no urbex », « no photos »). Ben c’est pas pour rien !

L’album original est toujours visible sur mon flickr. A l’époque j’étais encore peu expérimenté en urbex. J’avais visité quelques sites dans ma région mais j’étais loin de me dire que 4 ans plus tard je traverserais les frontières régulièrement et sur plusieurs jours pour satisfaire ma faim insatiable de lieux abandonnées.

Je ne voyageais pas encore « que » pour l’urbex. J’avais alors profité d’une visite à un ami en Alsace pour faire un détour par le château Lumière. C’est effectivement un des premiers lieux réputés en urbex que j’ai visité. J’ai gardé des étoiles plein les yeux de cette visite, qui est restée « ma plus belle exploration » pendant longtemps.

Les années ont passé, j’en ai visité des lieux depuis ! Et je ne pensais jamais retourner au château Lumière. Et puis lors d’un road-trip dans les parages, ma binôme a souhaité faire le détour. Me revoilà au château Lumière. Souvenirs, souvenirs…

Mon évolution : ma vision et mon traitement photo

Je vous parlais il y a peu de traitement photo dans l’article sur le manoir des lapins. Comme je le disais, l’une des choses à retenir est de se faire plaisir, essayer des choses et ne pas hésiter à recommencer plusieurs fois si nécessaire. Je ne refais pas l’article, je vais juste étoffer le propos. Voici une vue que j’ai prise à chaque visite, avec le même matériel, placé quasiment au même endroit. Comme vous pouvez le voir, les 2 photos n’ont rien à voir !

Niveau prise de vue, je capture beaucoup plus de lumière qu’auparavant, avec des poses plus longues. J’avais tendance à nettement sous-exposer puis à rattraper l’exposition en post-traitement. La différence entre les 2 photos est édifiante : les 2 ont été prises à f/11 et 200 iso, mais 1,6 secondes pour la première versus 20 secondes pour la seconde.

Mais la différence est surtout marquée au niveau du post-traitement. En effet je ne recherche plus le même rendu : j’ai l’impression d’être apaisé, d’avoir un traitement beaucoup plus doux qu’à l’époque où j’abusais des curseurs de contraste et de clarté. Je faisais un traitement que je qualifierais de très « dark » (sombre) et accentué, versus un traitement plus naturel aujourd’hui. Après chacun sa préférence, je montre juste l’évolution et les différences entre les 2.

 

Dans le même genre mais moins extrême, voici un autre exemple de l’évolution de mon traitement. J’ai capturé la photo ci-dessous lors de ma première visite, mais j’ai recommencé le traitement à zéro récemment. Voilà l’avant-après : d’abord le traitement d’origine (2015) puis le traitement « style 2019 ». Là aussi je cherche à me rapprocher du naturel, avec moins de curseurs modifiés et surtout moins d’extrêmes. J’utilise de plus en plus systématiquement la correction de la balance des blancs (curseur « Température » et pipette en haut de la capture d’écran). J’ai également recadré légèrement la photo. Comme quoi il est important de toujours garder les fichiers raw d’origine.

L’évolution du château Lumière

Tous les lieux abandonnés évoluent, beaucoup plus qu’on ne le croit. Déjà ils évoluent naturellement : la végétation qui reprend ses droits, qui entre par les ouvertures, ou encore les intempéries qui attaquent le bâtiment, mettant à mal les toitures et les murs. De ce point de vue le château lumière tient bien le coup, il est encore hors d’eau. Le terrain est même moins en friche que lors de ma première visite, car les nombreux passages de visiteurs limitent la poussée de la végétation.

Mais la principale cause de dégradation du bâtiment est la bêtise humaine : voleurs, casseurs, tagueurs et autres abrutis. Le bâtiment est quasiment vide, il n’y a heureusement rien ni à voler. Niveau casse, des visiteurs indélicats se sont attaqués aux murs, aux boiseries et aux planchers. Des trous sont apparus ça et là mais cela reste heureusement limité. A une époque il y avait un grand miroir dans le hall principal mais celui-ci est tombé depuis bien longtemps, avant ma première visite.

Le château a surtout été dégradé par les tagueurs : les murs ont été recouverts d’horreurs à grands coups de bombes et de marqueurs, principalement dans le hall central, comme on peut le voir sur les premières photos de l’article ou sur celles-ci au premier étage.

 

Cela fait toujours mal au coeur de constater que certains n’ont aucun respect pour notre patrimoine. Cela étant dit, le château lumière reste relativement épargné par rapport à d’autres lieux délaissés, vu l’ancienneté de l’abandon. En effet, d’autres n’ont pas autant de chance et ont vite brûlé ou se sont effondrés dans des périodes plus courtes.

D’autres photos parce que le château Lumière est quand même un lieu splendide

Ce gros manoir reste magnifique et très luxueux. Construit il y a un peu plus d’un siècle, il a été pendant longtemps la résidence familiale d’un riche industriel alsacien. Pendant la seconde guerre mondiale, l’armée allemande réquisitionne le château pour en faire un centre de formation. Ensuite, après la guerre, il semble qu’il soit resté inoccupé jusqu’à la mort du propriétaire dans les années 50. Puis il passe de main en main avant d’être à nouveau inoccupé depuis les années 90. Aujourd’hui, les choses semblent enfin bouger, un système de vidéosurveillance a récemment été mis en place… Pour un projet de rénovation ? Espérons que cela soit le cas, tant que cette belle demeure est encore récupérable.

Voici quelques photos de ma première visite :

 

Et d’autres photos plus fraîches :

This entry was posted in Châteaux - manoirs, Urbex (exploration urbaine) and tagged , , , , , , , , .

Post a Comment

Your email is never published nor shared. Required fields are marked *

*
*