Je n’attendais pas beaucoup du manoir du gendarme. Mais finalement ce spot recèle quelques pépites d’urbex

Au départ le manoir du gendarme est un lot de consolation. Comprenez : nous sommes de passage dans le coin et nous ne parvenons pas à pénétrer dans un autre site abandonné. Alors nous nous rabattons sur le manoir du gendarme. A première vue ce n’est pas le spot du siècle : d’extérieur c’est juste une grosse maison sans cachet ; à l’intérieur il n’y a plus grand chose de naturel, car tout est saccagé ou mis en scène. Je fais quelques photos, mais à ce moment-là je ne pense pas que cela mérite un article sur mon blog. Rentré chez moi, je décharge mes cartes mémoire et j’oublie les photos au fond d’un disque dur.

Et puis j’y reviens aujourd’hui et je suis agréablement surpris. Finalement le manoir du gendarme a quelques atouts photographiquement parlant. Comme cette carricature des années 80 :

 

Le Manoir du gendarme

Cette grosse bâtisse a eu plusieurs vies. A une époque c’était la gendarmerie du bourg. Avant cela je ne sais pas. Et après il aurait servi d’hôtel (et même hôtel de passe d’après certains). Pour moi peu importe, l’essentiel est que j’ai pu ramener quelques beaux clichés de cette déco restée figée au siècle dernier.

 

La gendarmerie

Il reste quelques traces de la fonction militaire de la bâtisse. Déjà, au fond d’un couloir, on découvre 2 petites cellules avec portes renforcées qui ne laissent pas de doute sur leur fonction – un cachot pour les hommes et l’autre pour les femmes. Même si elles sont très difficiles à prendre en photo (il n’y a aucun recul au fond de ce couloir, et pas de lumière), je suis content de les visiter. En effet je n’ai encore jamais eu la chance de visiter des prisons abandonnées. C’est un manque dans ma carrière d’explorateur, alors je suis content de découvrir ces cellules, aussi modestes soient elles.

Nous découvrons aussi l’ancienne enseigne de gendarmerie, oubliée au fond d’une grange.

 

La fourgonnette

Avec l’abandon de la propriété, une véritable forêt s’est développée dans la cour. Et au milieu de cette forêt git une vieille fourgonnette oubliée. Elle est hyper photogénique, c’est le témoin d’une époque. On imagine facilement à son volant un brigadier de province des années 70.

 

Après plusieurs tours de cette fourgonnette pour l’immortaliser sous tous les angles, nous quittons le lieu. A ce moment je pense que mes photos ne valent pas le coup… Et finalement, que pensez vous de ce « lot de consolation » ?

Cet article a 4 commentaires

  1. Salut Olivier,

    Ce que je pense de ce lot de consolation? Que contrairement aux immenses châteaux où on en prend plein les mirettes, ce genre de petit spot à l’avantage de donner une dimension plus humaine à l’urbex, peut-être moins magistral, mais plus familière (familiale?) car ces endroits peuvent parler à beaucoup de gens, je pense.

    D’ailleurs, pour une fois, le côté très mis en scène me choque moins dans le sens où la bâtisse a déjà eu de nombreuses vies. Finalement, les « urbexeurs » passant ne se contenteraient-ils pas de lui en ajouter une autre? :p
    Alors que, tout comme pour toi, le Graal est bien évidemment un lieu intact et préservé.

    Le petit bonbon de ce spot, c’est aussi le fourgon Peugeot D3 ou D4 dans le jardin.

    Merci pour ce partage!

  2. Salut Arthur,
    Tu as raison. Effectivement ce petit spot a l’avantage d’être plus authentique, et finalement plus surprenant que les « grands spots ».
    A l’époque de l’urbex de masse et de la course au sensationnel, peut-être que c’est ça l’originalité : des lieux simples, simplement abandonnés, qui nous parlent.
    Merci pour ton retour !

  3. Bonsoir Olivier,
    Je rejoins Arthur sur le fait qu’il n’y pas forcement besoin de l’aspect grandiose pour que le résultat soit plaisant à regarder.
    J’ai eu le plaisir un jour de découvrir tout à fait par hasard, une grande bâtisse des plus banales à l’abri des regards et des malveillances qui abrite encore toute une série de lits sur plusieurs niveaux abandonnés depuis des décennies.
    Rien de grandiose en soit, mais cette découverte reste pour moi un des mes meilleurs souvenir.
    Merci et bonne continuation.

    1. Merci Theo Dore pour ton témoignage. Vous avez raison, ce qui importe c’est le plaisir de l’exploration, et surtout l’imprévu !

Laisser un commentaire

Close Menu