L’Usine Cotton Club

Mise à jour novembre 2017 : la démolition de l’usine Cotton club a débuté cette année. Fermée en 2007 elle aura attendu près de 10 ans pour que le projet de réhabilitation se concrétise. La mairie souhaite construire des logements et un parc.

Il s’agit de l’usine Bocoton, située à Pont Évêque (Isère), en périphérie de Vienne, non loin de Lyon.

Plus de détails sur le projet : https://www.ville-pont-eveque.fr/projet/la-deconstruction-de-bocoton

 

Je ne vous montre pas souvent d’usines. Je vais essayer de remédier à ça aujourd’hui avec l’usine Cotton Club.

L’urbex industriel

Les usines désaffectées m’inspirent peu. Ce sont pourtant des lieux faciles à trouver et il y en a pléthore dans la région. Certes, mais c’est justement là le problème. Après abandon elles restent rarement tranquillement dans leur jus en m’attendant. Elles sont vite squattées et sont très prisées des graffeurs et airsofteurs, je préfère ne pas passer après eux.

La plupart des usines que j’ai visitées à mes débuts dans l’urbex étaient non seulement vidées de toutes les machines mais en plus recouvertes de nombreuses couches de peinture. Depuis je préfère visiter d’autres types de lieux. Il m’arrive quand même de tomber sur des usines intéressantes, surtout si elles sont anciennes. Je préfère des vieilles pierres à un hangar en taule.

Quand j’y réfléchis, l’usine Cotton Club n’était pas très vieille, ni immaculée et il y avait peu de restes de la vie de l’usine. Mais elle m’a plu, une certaine poésie s’en dégageait. Elle est immense, avec différents bâtiments plus ou moins vieux, des hangars vides à n’en plus finir, quelques graffitis mais pas trop, quelques objets – juste ce qu’il faut pour voir la fonction du complexe, quelques fuites dans le toit – juste assez pour que l’herbe pousse à l’intérieur… Bref, tout ce qu’il faut pour une bonne séance photo.

Mon binôme pour cette exploration faisait des prises de son pour capter l’ambiance du lieu. Cela ajoutait de l’intérêt : j’étais tantôt silencieux pour ne pas gâcher sa bande-son, tantôt à essayer de reproduire les bruits intéressants comme des grincements de porte. La pluie sur les toitures de taule ajoutait à l’ambiance du lieu.

Voila les ingrédients d’un bon moment dans une usine désaffectée.

La visite

Au sujet du lieu, vous l’aurez compris, il s’agissait d’une usine de coton. Créée dans les années 60, elle ferma au début du siècle.

Voila ce que j’en retiens.

 

This entry was posted in Industriel, Urbex and tagged , , , .

Post a Comment

Your email is never published nor shared. Required fields are marked *

*
*