Le Sanatorium délirium

C’est un sanatorium perdu dans la nature, pas très loin de Paris. Il a accueilli des générations de tuberculeux pendant environ un siècle avant de fermer à la fin du siècle dernier. Voici le sanatorium délirium.

Le Sanatorium délirium

Deux pavillons immenses accueillaient les malades. Le premier est très élégant avec ses pierres de taille et ses ardoises. Le deuxième suit le même plan mais 25 ans plus tard. Cela peut paraitre peu, mais entre-temps on a sérieusement revu les dépenses à la baisse. En effet ce deuxième bâtiment se caractérise par des matériaux plus économiques (briques rouges et tuiles) et beaucoup moins de détails dans les finitions. Il y a également pléthore de bâtiments annexes, plus récents, que je n’ai pas pris le temps de visiter.

Une bonne surprise

Je ne m’attendais pas à trouver grand chose dans ce sanatorium, car cela fait pas loin de 20 ans qu’il est abandonné. La première impression en arrivant sur le lieu tendait à confirmer mon pressentiment : il y a des tags, des déchets autour des bâtiments et plus beaucoup de fenêtres en place. Et surtout c’est le plus gros repaire d’airsofteurs que je n’ai jamais visité, au vu des affiches marquant les différents lieux de leurs parties (du genre « camp rouge », « prison bleu », et même la seule pièce fermée à clé du site : la « réserve »). Je n’ai croisé personne car j’ai eu la bonne idée de venir visiter le sanatorium un matin en semaine, mais je n’essaierais même pas le week end, le site doit grouiller de ces pseudo militaires.

Étonnamment cette visite fut une bonne surprise. Sûrement grâce à la taille du lieu, immense. Du coup, saccager toutes ces pièces aurait pris beaucoup de temps, les recouvrir de peinture n’en parlons pas !

Une bonne balade

C’est donc une balade agréable de près de 3 heures à arpenter ces larges couloirs. D’abord dans le premier bâtiment, le plus vieux. Il est bien « decay » avec de la peinture craquelée et des tons délavés. La végétation pénétrant par les fenêtres sublime tout cela. Le deuxième pavillon a une architecture moins flatteuse, il est moins beau photographiquement. Mais il regorge de restes de vie intéressants : le matériel de radiologie encore présent (mais en sale état, je n’ose pas vous le montrer), ici ou là une armoire, une baignoire, un lit. Et surtout une magnifique collection de fauteuils roulants abandonnés !

This entry was posted in Médical, Urbex (exploration urbaine) and tagged , , , , , , .

4 Comments

  1. LL 22 février 2017 at 23 h 29 min #

    C est plus rien mintenent c est dès pièce est des couloirs avec de débris .

  2. Erilys 27 avril 2017 at 12 h 53 min #

    Visité au début de la présence du club d’airsoft (et déjà bien abîmé) je me demande dans quel état je vais le retrouver à ma prochaine visite. On avait pu faire que le bâtiment le plus récent, je suis déçu de ne pas avoir pu faire l’autre avant.
    J’aime beaucoup les photos que vous avez fait, la lumière est bien géré par rapport aux miennes ^^.

    • Olivier 27 avril 2017 at 13 h 46 min #

      Merci Erilys !
      L’autre bâtiment est effectivement à faire, mais aussi les dépendances (que je n’ai pas faites faute de temps, je veux y retourner notamment pour la morgue)

  3. mllex.melina 18 février 2018 at 10 h 42 min #

    J’ai connu cet endroit grâce à un YouTubeur ( je ne cite pas le nom ) mais cet endroit est tellement connu que beaucoup de gens s’y rendent et l’endroit est de plus en plus détruit… C’est vraiment dommage car il y avait encore pleins de choses à découvrir dans cet hôpital. Les gens s’y rendent pour détruire,casser,démonter,taguer,… L’endroit étais si bien avant…

Post a Comment

Your email is never published nor shared. Required fields are marked *

*
*